lundi 22 mars 2010

L'Alsace. Fière petite région où j'ai été adopté, et que je regrette profondément dans mon exil parisien. J'avais aimé Stockholm, Rome, Bonn, Bâle, Oslo. Paris sent trop l'intellectuel des postures obligées pour m'y sentir bien. L'Alsace résiste toujours et encore à l'envahisseur, avec nos cours de religions, notre droit local, nos curés, pasteurs et rabbins salariés, nos commerces qui ferment à 19h et n'ouvrent pas le dimanche, nos fêtes religieuses comme la Saint-Nicolas où l'on se rappelle que l'enfance mérite que l'on donne notre temps. Fière petite région où Sarkozy comme ailleurs ne fait plus illusion. Au moins notre droite n'est-elle pas aux ordres de Paris, Adrien Zeller de son vivant ayant toujours su éloigner les parachutages et diktats d'outre-Vosges.

Aucun commentaire: